Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/10/2011

Le temps des vacances (17)

Mardi 27 septembre

 

Nous logeons au château de Montfroc, village de la vallée du Jabron.

salagon-cadre4.jpg

De la chambre, une jolie vue sur la montagne de Lure.

IMG_11243-bis-cadre4.jpg

IMG_11199-rec-cadre4.jpg

 

Et, le soir, en prime, le brame d'un cerf observé au fond de la vallée au coucher du soleil.

 

Aujourd'hui, nous explorons le versant sud de cette montagne de Lure : Sault, le plateau d'Albion, Revest-du-Bion, Banon, Mane et le prieuré de Salagon, Forcalquier.

lure.jpg

Par après, notre hôte nous a appris que nous avons longé la zone militaire où avaient été stockés des missiles stratégiques. Cette zone est aujourd'hui démilitarisée dans sa partie nucléaire mais l'activité militaire reste présente.Seul point positif dans cette occupation militaire, les routes sont démesurément larges et leur revêtement est impeccable.

 

C’est dans ce pays de la montagne de Lure souvent désertique que les héros nés de l’imaginaire littéraire de Jean Giono — Gédémus le rémouleur, Arsule, Panturle de « Regain » et bien d’autres — et ceux faits de chair et d’os ont semé de petits cailloux blancs.

Pour l’itinéraire, le choix est vaste. La carte fait déjà rêver qui égrène les hauts lieux du célèbre Manosquin : Revest-du-Bion, Banon, Redortiers, Saint-Pancrace, Ongles… Chaque vallon ouvre un accès sur cette montagne de Lure qui a inspiré les premiers livres de Giono, né à Manosque en 1895.

Une des plus belles façons d’inscrire ses pas dans ceux d’un auteur qui a donné à la Provence ses lettres de noblesse est de partir du bureau de tabac de Sault — là où Gédémus, le rémouleur de « Regain », faisait provision de tabac gris — pour s’engager dans l’ancien chemin menant à Saint-Trinit.

 

En poursuivant vers l’est, direction Revest-du-Bion et Redortiers, on se retrouve dans un autre des hauts lieux gioniens. Alors qu’il était encore un employé du Comptoir national d’escompte à Manosque, Jean Giono rend un jour visite à un client, dernière âme à vivre au Vieux-Redortiers. Cet homme deviendra le Bouscarle d’« Ennemonde et autres caractères ».

 

Ceux qui l’ont lu se souviendront que c’est à Banon que se tient le marché au blé de « Regain » et dans l’hôtel-restaurant Les Voyageurs, ils reconnaîtront le Café du cercle où la patache fait halte. Vous en doutez ? Alors, poussez la porte du Bleuet, une extraordinaire librairie de village. Sur trois niveaux, et des milliers de livres, Joël Gattefossé a mis Giono à l’honneur sur ses rayonnages.

 

 

En cours de route, ces vieilles maisons qui semblent revivre

 

IMG_11201-bis-cadre4.jpg

 

cette « borie »

 

IMG_11202-bis-cadre4.jpg

 

et cette mante religieuse à l'affût dans un fossé.

 

IMG_11206-rec-cadre4.jpg

 

En dépit de leur nom, "mauvaise cabane" en provençal, la construction des bories s´appuie sur une technique pourtant complexe et des plus difficile à reproduire.

Résultat d´un empilement de pierres sèches non jointées dont les murs peuvent atteindre jusqu´à 2 mètres d´épaisseur, cet ensemble architectural défie les lois de l´équilibre avec notamment ses toitures en encorbellement.

La construction ne s´improvisait pas, elle respectait des règles très précises pour éviter le phénomène du château de cartes : une seule pierre vacille et c´est tout l´ensemble qui s´écroule. Sans l´adjonction d´un quelconque matériau -ciment ou mortier- les forces devaient s´équilibrer parfaitement pour assurer la stabilité de l´ensemble.

Le choix des pierres était essentiel, absolument sèches elles étaient calibrées par taille les plus lourdes et les plus volumineuses servant aux fondations. Puis on élevait le mur par empilement d´éléments plus légers, assemblés entre eux selon un strict positionnement.

N´est pas bâtisseur qui veut, savoir-faire et coup d´œil infaillible étaient les qualités requises indispensables pour que l´empilement d´environ deux cent mille pierres sèches passe l´épreuve des siècles. Partout, l´esthétique se conjugue à l´exploit technique, comme en témoigne le cabanon ........

D´utilité agricole et pastorale, les paysans s´en servaient comme cabanes à outils et habitations provisoires. Les plus spacieux servaient de bergeries, ils abritaient bergers et troupeaux entre deux transhumances.





Salagon est un lieu rempli d'histoire, de l'Antiquité à nos jours. Exploitation agricole à l'époque gallo-romaine, le site a été christianisé dès l'antiquité tardive.

 

IMG_11213-bis-cadre4.jpg

 

vacances,paca,haute-provence,salagon,montagne de lure



Cet ancien prieuré bénédictin conserve son église romane à deux nefs. Un logis Renaissance, deux cours caladées, des dépendances à usage agricole (XVIème – XIXème siècle) complètent cet ensemble.

salagon3-cadre4.jpg

 

salagon4-cadre4.jpg



Des vitraux contemporains, œuvres de l'artiste Aurélie Nemours, sont venus parfaire l'église en 1998.

 

IMG_11232-bis-cadre4.jpg



 

De magnifiques jardins « ethnobotaniques » entourent le monument, mettant en évidence l'histoire des relations entre les hommes et leur environnement végétal en Haute-Provence.


IMG_11226-bis-cadre4.jpg

Le jardin médiéval fait découvrir l'histoire des plantes dans l'Occident d'avant la Renaissance.

 

Le jardin des temps modernes illustre le grand voyage des plantes.

 

Le jardin des simples et des plantes villageoises rassemble les plantes utilisées par la société traditionnelle haut-provençale.

 

Le jardin des senteurs permet de découvrir la subtilité du dialogue des sens avec les plantes.

salagon1-cadre4.jpg

 

Et, butinant les dernières fleurs de la saison, le Xylocope.

salagon2-cadre4.jpg

Il y a 4 espèces de Xylocopa en France :

X. iris (Christ 1791)
X. violacea (L. 1758)
X. valga Gerstaecker 1872
X. cantabrita Lepeletier 1841

 

Le plus courant est le Xylocope violet (Xylocopa violacea).

 

 

Et un joli lézard peu farouche.

 

vacances,paca,haute-provence,salagon,montagne de lure

 

Nous terminerons la journée avec un « Périer-menthe », au pied de l'église de Forcalquier.

 

salagon5-cadre4.jpg

 

Pour compléter :

 

 

http://www.dossierfamilial.com/loisirs/voyages/dans-les-pas-de-giono-la-montagne-de-lure,5812

 

 

 

http://www.capcomespace.net/dossiers/espace_europeen/albion/albion_aujourdhui_ZL.htm

 

 

http://rr0.org/org/eu/fr/dn/base/Albion/

 

 

http://musee-de-salagon.com/

 

http://www.frenchgardening.com/visitez.html?pid=12106842871475626

 

 

 

 

 

22/10/2011

Le temps des vacances (16)

 

Lundi 26 septembre

 

 

 

Nous commençons notre dernière semaine des vacances.

 

 

 

Avant de mettre la cap au nord, un petit détour par Saint-Maximin-la-Sainte-Baume s'impose.

 

 

 

Ensuite vers le nord pour visiter le prieuré de Ganagobie et saluer au passage les « Pénitents » de Mées.

 

 

 

 

 

 

 

La basilique Sainte-Marie-Madeleine, véritable trésor architectural, est un monument majeur en Provence.

 

generale.jpg

 

En 1295, Charles II d'Anjou découvre des ossements sur le lieu que la tradition désigne comme le tombeau de sainte Marie-Madeleine. « L'invention » des reliques lui permet d'obtenir du pape l'autorisation d'édifier une église majestueuse pour leur culte.

 

 

 

Différents architectes ont travaillé sur cet édifice sans toutefois en perturber l'unité. En 1532, après 237 ans, il est décidé de mettre fin aux travaux et la basilique restera inachevée: le portail de l'entrée principale et le clocher ne seront jamais édifiés.

 

L'aspect trapu de la basilique est due à l’absence de clocher, à sa façade inachevée, aux contreforts massifs qui soutiennent, en s’élevant très haut, les murs de la nef.

 

Saint Maximin7-cadre4.jpg

 

C'est le plus important exemple de style gothique en Provence, mêlant des influences du Nord, de Bourges en particulier, aux traditions architecturales locales.


 

Saint Maximin3-cadre4.jpg


 

 

 

Conçue pour accueillir les foules de pèlerins venant honorer les reliques, ses dimensions sont impressionnantes: la nef, élevée à 29 mètres sous clef, s'étend sur une longueur de 72,60 mètres pour une largeur de 13,20 mètres et se compose de neuf travées. La sixième travée, lieu le plus vénérable de l'édifice, est construite sur la crypte et abrite les deux chapelles d'honneur dédiées respectivement à sainte Marie-Madeleine et à saint Dominique.

Ce lieu est aussi l'écrin de véritables joyaux : décorations monumentales du XVIIe siècle, stalles et médaillons du frère dominicain Vincent Funel ainsi que le retable de la Passion d'Antoine Ronzen dit « le Vénitien » datant du XVIe siècle.

 

IMG_11170-bis-cadre4.jpg



 

Saint Maximin4.jpg

 

La chaire, sculptée en 1756, par le frère Louis Gudet, est en bois de noyer. Sa rampe est sculptée en un seul bloc et la balustrade contient 7 médaillons représentant des scènes de la vie de Sainte Marie-Madeleine.

 

IMG_11169-bis-cadre4.jpg

 

 

Chef d’œuvre du frère dominicain Jean Esprit Isnard, l’orgue , construit de 1772 à 1774, est l’un des très rares grands instruments d’Europe à avoir conservé l’intégralité de ses 2960 tuyaux d’origine.

 

orgue st max.jpg


 Unique tant par sa conception que dans sa réalisation, cet instrument, connu des organistes du monde entier, est considéré par tous comme une géniale réussite de la facture d’orgue.

 

IMG_11155-bis-cadre4.jpg

 

Dans la crypte, le sarcophage de la sainte et aussi d'autres sarcophages, dont celui de saint Sidoine

 

Saint Maximin5-cadre4.jpg

 

 

Le cloître du Couvent Royal adossé à la basilique, est d'une grande pureté de ligne, avec un jardin abondant et varié.

 

C'est dans un cadre prestigieux, empreint de sérénité, que se trouve le cloître dont les travées sont entourées de bâtiments conventuels. La structure du cloître présente le gothique dans sa plus rigoureuse simplicité. Ses proportions s'harmonisent avec les édifices qui les entourent. Au centre, un jardin bordé de haies et de cèdres dans lequel se trouve un puits construit au XIVème siècle, dont la margelle date du XVIIème siècle.

 

Saint Maximin6-cadre4.jpg

  

Le monastère de Ganagobie a été fondé au Xème siècle par l'évêque de Sisteron, qui en fit la donation en 965 à l'abbaye de Cluny. Les moines achèvent la construction du monastère actuel au XIIème siècle, 12 à 15 moines y travaillaient la terre et exploitaient la forêt au XIVème siècle.

   Tombé ensuite à l'abandon puis restauré à nouveau, l'église présente aujourd'hui un portail original très ouvragé et à l'intérieur de superbes mosaïques du XIIème.

 

Saint Maximin8-cadre4.jpg

 

IMG_11186-bis-cadre4.jpg

Saint Maximin2.jpg

Saint Maximin-cadre4.jpg

Saint Maximin1-cadre4.jpg


 

"On retrouve au tympan de Ganagobie le thème du Christ en majesté dans une mandorle entre les quatre animaux, attributs des Évangélistes ; les apôtres figurent sur le linteau, inscrits sous huit arcs surbaissés. Il s'agit d'une sculpture rustique, souvent maladroite ; les figures sont raides, les drapés secs ; seul le lion et le taureau, qui se retournent brusquement vers l'apparition divine, donnent un peu de vie à l'ensemble. Le portail a été défiguré, peut-être au XVIème siècle, par le découpage de lobes qui affectent maintenant les voussures, le linteau et les piédroits.

 

 

 

D'autres tympans similaires : Saint-Trophime à Arles, Saint-Gilles-du-Gard

 

 

La mosaïque de Ganagobie, dans le chevet de l'église, est datée de 1125, suivant une inscription relevée sur celle-ci.

 

 

Par son extension (72 m²) et sa richesse ornementale, elle est un ensemble unique en France.

 

 

Le décor est somptueux, mêlant motifs figurés, végétaux et géométriques. Dans des médaillons enlacés sont figurés un éléphant portant un édifice fortifié, des griffons, des lions, des volatiles aux pattes griffues ; des frises montrent des lions affrontés ; des tapis entourés d'entrelacs portent des motif de palmettes ou d'entrelacs.. ... Et encore des signes du zodiaques et surtout deux cavaliers symboles des forces du bien terrassant celles du mal.

 

 

Les animaux fantastiques se réfèrent au « bestiaires » médiévaux mais aussi, par leur disposition, aux tapis et tissus orientaux parfois importés en Occident, notamment pour envelopper les reliques......"

 

 

Référence : Yves Esquieu, Art Roman en Provence, Ed, J-P. Gisserot, 2003

 

 

 

 

 

 

 

Le domaine a été donné à la communauté Sainte-Madeleine de Marseille à la fin du siècle dernier pour y rétablir une vie monastique bénédictine.

 

 

IMG_11190-bis-cadre4.jpg

 

 

 

IMG_11192-rec-cadre4.jpg

 

 

 

 

 

Sur la commune des Mées se trouve une conformation géologique très particulière, nommée « Les Pénitents ».

 

IMG_11195-bis-cadre4.jpg

 

Ce nom provient de la forme d'une masse rocheuse très découpée, à côté du village, qui évoque un groupe de moines coiffés de capuches pointues. Celle-ci est le résultat de l'érosion sur le substrat rocheux, qui possède des irrégularités de cohésion, et conduit donc à des zones proéminentes et à d'autres surcreusées. Ce substrat est la « formation de Valensole », conglomérat formé par une accumulation de débris subalpins au cours de la fin du Miocène et du Pliocène, épais de plusieurs centaines de mètres. Bien que la façade des Pénitents évoque des formes rocheuses plus ou moins coniques, il s'agit d'un ensemble de crêtes et de minuscules canyons, s'interrompant simultanément sur un plan vertical. Cette formation s'étire sur environ un kilomètre, et la falaise la plus haute atteint 114 mètres.

 

On les appelle les « Pénitents des Mées » en raison de leur silhouette ; d'après la légende, ils représentent les moines de la Montagne de Lure qui ont été pétrifiés (au sens propre) par saint Donat au temps des invasions sarrasines pour s'être épris de belles jeunes femmes Mauresques qu'un seigneur avait ramenées d'une croisade.

  

Les rochers ressemblent effectivement à une procession de moines avec leur cagoule pointue que l'on devine alors honteux de leurs désirs....

 

IMG_11196-bis-cadre4.jpg

 

IMG_11197-bis-cadre4.jpg

 

 

 

Pour compléter :

   

http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Maximin-la-Sainte-Baume

 

http://afsmm.assoc.pagespro-orange.fr/stmaximin.htm

 

http://www.uquebec.ca/musique/orgues/france/smaximinp.html

 

http://www.st-maximin.fr/basilique/index.php

 

http://www.fondation-patrimoine.org/fr/provence-alpes-cote-d-azur-21/tous-les-projets-980/detail-basilique-a-saint-maximin-la-sainte-baume-2645

 

http://barjols.net/21-saintmax.htm

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Monast%C3%A8re_de_Ganagobie

 

http://www.ndganagobie.com/historique.htm

 

 

 

 

 

21/10/2011

Le temps des vacances (15)

Dimanche 25 septembre

 

Il pleut !

 

Nous serons à l'abri sous les voutes de l'abbaye du Thoronet, avec en prime, un très bel office dominical accompagné de chants grégoriens très agréables à écouter.

 

Chant sacré par excellence, chant liturgique depuis quinze siècles, mais aussi chant de l'âme et du corps, le chant Grégorien prend ici une dimension unique grâce à la résonance exceptionnelle de l'église du Thoronet.

 

Pour les moines bâtisseurs, la parole y était tout entière louange chantée au Créateur!

 

Les Chantres du Thoronet proposent une interprétation authentique de ce chant, en s’appuyant sur les directives des auteurs anciens. La proclamation ouverte des textes sacrés, la justesse des intervalles  musicaux traditionnels redonnent à ce chant la force d'une prière de tout l'être, où écouter peut devenir un premier pas vers la vision de Dieu (St Bernard de Clairvaux). 



 

L'abbaye fut construite entre la fin du XIIème et le début du XIIIème siècle ; la Provence qui appartenait à cette époque au Saint-Empire romain germanique.

 

IMG_11143-bis-cadre4.jpg


Très tôt, l'abbaye connut une certaine renommée et de nombreux dons lui furent adressés. Mais au XIVème siècle, tout comme beaucoup d'autres abbayes cisterciennes, l'abbaye du Thoronet connu le déclin. Par la suite, les révoltes internes et les guerres de religions amplifièrent ce phénomène et entraînèrent l'abandon des lieux par les moines.

L'abbaye fut vendue au moment de la Révolution Française puis rachetée par l’État en 1854. Depuis cette date, l'abbaye fut rénovée et réhabilitée petit à petit.

 

L'abbaye cistercienne du Thoronet est l'une des « trois sœurs provençales », avec les abbayes de Sénanque et Silvacane.

 

L'ensemble du monastère présente une architecture de la plus belle époque romane de Provence, dégageant une impression d'unité et de grande sérénité.


L'abbaye du Thoronet exprime l'essence même de l'art cistercien fait de dénuement extrême, de pureté des lignes, de simplicité de volumes, de rigueur inspirés par Saint Bernard.

 

IMG_11147-bis-cadre4.jpg

L'église abbatiale  est de pur style cistercien : ses lignes et ses volumes sont très simples et l'absence de décor met en valeur la beauté de la pierre.

 

Les proportions de l'église sont très proches de celles de Silvacane et de Sénanque. La longueur de la nef est de 40,50 m, pour une largeur de 19,50 m et une hauteur de 16,45 m.Cette église n'a pas de transept.

 

Thoronet4-cadre4.jpg



 

Ancien lieu de prière exprimée dans le chant, cette église bénéficie d'une acoustique remarquable.

Les Cisterciens étaient maîtres dans l'art de des constructions religieuses. La perte de leurs connaissances architecturales, entrainant une forte baisse des qualités acoustiques des bâtiments, engendra l'apparition des orgues dans les églises...

 

 

Le cloître de l'abbaye est l'un des plus ancien cloître cistercien conservé (1175). Les arcades massives des galeries sont divisées chacune par deux baies retombant sur une colonne.

Thoronet1-cadre4.jpg

Une terrasse couvre le cloître, de forme trapézoïdale afin d'éviter la monotonie rectangulaire, sur lequel on peut admirer la coupole hexagonale abritant la fontaine, juste en face de l'entrée du réfectoire, aujourd'hui disparu.

Thoronet2-cadre4.jpg

 


 

Au Thoronet, l'eau coule en maints endroits, des cuisines au lavoir. En 817 le concile d'Aix-en-Provence a fait obligation aux moines de laver eux-mêmes leur linge, avec une préparation à base de savon, d'eau chaude et de cendres. Mais c'est surtout le lavabo, aménagé près du réfectoire dans une vasque de pierre qui permet d'évoquer le rôle de l'hygiène et de l'eau dans la communauté.

 

 

 

Plusieurs fois par jour – avant et après les repas, ou en préalable à l'office - , les moines se lavent les mains. Les bains de pied, les soins du corps et des cheveux, l'entretien de la tonsure ou la coupe des ongles sont également réglementés ; des jours sont choisis pour raser la barbe et d'autres pour pratiquer la saignée, quatre fois dans l'année ....

 

 

 

Les frères déploient donc des trésors d'ingéniosité pour capter l'eau, selon les exigences du terrain. Cette maitrise leur permettra de faire tourner les moulins. Robuste et dépouillé, le cloître du Thoronet est ainsi construit en pente douce, sur différents niveaux.

 

 

 

 

Thoronet-cadre4.jpg

 

C'est autour de ce cloître que vivaient les moines, on y trouve leurs différents espaces de vie comme le parloir, le réfectoire, et les dortoirs.

 

Thoronet3-cadre4.jpg



Les voûtes d'ogives de la salle Capitulaire reposent sur deux chapiteaux rudement taillés, ornés de motifs puisés dans la flore locale.

IMG_11135-bis-cadre4.jpg

 

 

Pour compléter :

 

http://thoronet.monuments-nationaux.fr/

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_du_Thoronet

 

http://www.romanes.com/Thoronet/

 

http://lsinzelle.free.fr/france/provence/thor/thoronet.htm

 

http://www.coeurduvar.com/Abbaye-du-Thoronet.html

 

http://www.proxirama.net/abbaye/accueil_abbaye.htm

 

http://chantgregorien.over-blog.com/

 

 

IMG_11132-nb-cadre4.jpg

 

IMG_11141-nb-cadre4.jpg