Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/10/2009

Pays de Lyons et pays de Bray

 

A l'ouest de l'Epte, c'est la Normandie; à l'est, c'est le Vexin français. En pratique, nous somme sur le champ de bataille lors de la guerre de Cent Ans.

 

Restons en Normandie et partons à la découverte du pays de Lyons et du pays de Bray.

 

Dans ce vieux pays normand tout de douceur et de calme, quelques églises, quelques châteaux et surtout de jolis sites sont autant d'invite à la promenade.

 

Les clochers d'église sont particuliers, tel le clocher de l'église de Mainneville.

 

IMG_6444-bis-cadre1.jpg

Plus loin, Saint-Germer-de-Fly possède une église abbatiale du XII° s., bel exemple d'architecture gothique primitive (transition de style roman - ogival). Derrière l'abside, la sainte chapelle (XII° s.) a été construite sur le modèle de celle de Paris.

 

IMG_6445-rec-cadre1.jpg
IMG_6450-bis-cadre1.jpg

Gournay-en-Bray est un centre industriel actif. Les marches de l''ancienne collégiale St-Hildevert (XII° s.). sont le lieu de rendez-vous de la jeunesse en ce début d'après-midi.

 

IMG_6452-rec-cadre1.jpg

Lyons-la-Forêt a conservé ses maisons bourgeoises normandes du XVII° s. et ses halles (XVIII° s.) dont la charpente repose sur des piliers de bois. Elles servirent de décors aux films de Jean Renoir (1932) et de Claude Chabrol (1990) intitulés tous deux « Madame Bovary ».

 

IMG_6477-bis-cadre1.jpg
IMG_6478-bis-cadre1.jpg

L'église St-Denis (XII° s.) abrite des statues de bois polychrome des XVI° et XVII° s.

 

IMG_6475-bis-cadre1.jpg
IMG_6473-bis-cadre1.jpg

Vascoeuil occupe un site tranquille aux bords du confluent du Crevon et de l'Andelle. Le château de la Forestière (XIV° - XVI° s.) est entouré de jardins. Devant le château, un magnifique colombier et, dans les jardins, de nombreuses sculptures dont ce bronze de Savador Dali « La victoire de la Liberté ».

 

IMG_6468-bis-cadre1.jpg
IMG_6469-rec-cadre1.jpg

A Ry, l'église St-Sulpice est surtout renaissance avec des parties subsistant du XII° s.. On remarquera le porche en bois sculpté (XVI° s.) inspiré par la renaissance italienne; il possède une voûte en carène de bateau renversée, caractéristique de l'architecture normande..

 

IMG_6455-bis-cadre1.jpg
IMG_6457-bis-cadre1.jpg

Ry doit sa notoriété à Flaubert et en retour ce village invite, l'imagination aidant, à la rêverie littéraire autour des lieux où les personnages du roman auraient vécu. Flaubert aurait pu s'inspirer d'un fait divers local, celui des familles Delamare et Couturier.

 

IMG_6460-rec-cadre1.jpg

Pour compléter:

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_Saint-Germer-de-Fly

 

http://architecture.relig.free.fr/germer.htm

 

http://www.les-plus-beaux-villages-de-france.org/fr/lyons...

 

http://www.chateauvascoeuil.com/

 

http://www.terresdecrivains.com/Gustave-FLAUBERT-a-Ry

 

 

02/10/2009

Giverny, le jardin d'eau

Quelques photos du jardin d'eau.

 

Il a une importance capitale dans la vie de Claude Monet. C'est là que, sa vie durant, il revient sans cesse rêver aux jeux subtils de l'eau et de la lumière. C'est là qu'il peint ses premières séries de Nymphéas.

 

IMG_6364-bis-cadre1.jpg
IMG_6368-bis-cadre1.jpg
IMG_6373-bis-cadre1.jpg
IMG_6360-bis-cadre1.jpg

01/10/2009

Giverny, sur le chemin des vacances

Lorsqu'il s'est installé à Giverny, le peintre Claude Monet aménage un premier jardin, le clos normand conçu à la française. Il est devant la maison, les allées le découpent en lignes droites et, malgré la profusion, la variété et l'éclat des couleurs au cours des saisons, il est ordonné. Les plantes annuelles alternent avec les vivaces de façon à maintenir une constante floraison, proposant du printemps à l'automne la palette changeante d'un peintre jardinier « fou de fleurs ».

 

Plus bas, formé par une dérivation de l'Epte, ombragé par les saules pleureurs, le jardin d'eau avec son étang, son célèbre pont japonais, écrin de ciel et d'eau qui donnera naissance à l'univers pictural des nymphéas.

 

Le jardin est asymétrique, japonisant, exotique, propre à la rêverie, tenant à cette tradition orientale de la contemplation philosophique de la nature. C'est là que Claude Monet peint les séries de Nymphéas, merveilleuses toiles qu'il conçoit à la fin de sa vie.

 

Nos avions visité les jardins en Juin 2006, au début de l'été alors que la floraison des iris se terminait. Le revoir au début de l'automne nous permet d'apprécier une toute autre palette de couleurs.

 

Donc, pour le plaisir des yeux, ces quelques photos de fleurs.

 

Dans ce jardin, les fleurs sont réparties de ci de là pour créer des taches de couleur, donc ni systématique, ni étiquette permettant de les identifier.

 

IMG_6356-bis-cadre1.jpg

IMG_6396-rec-cadre1.jpg
IMG_6407-rec-cadre1.jpg

IMG_6376-rec-cadre1.jpg

IMG_6378-bis-cadre1.jpg

IMG_6406-rec-1-cadre1.jpg

 

 

 

Pour compléter:

 

http://www.fondation-monet.fr/fr/

 

http://giverny.org/giverny/giverny.htm

 

http://giverny-monet.com/giverny.htm

 

http://givernews.com/