Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

23/10/2011

Le temps des vacances (17)

Mardi 27 septembre

 

Nous logeons au château de Montfroc, village de la vallée du Jabron.

salagon-cadre4.jpg

De la chambre, une jolie vue sur la montagne de Lure.

IMG_11243-bis-cadre4.jpg

IMG_11199-rec-cadre4.jpg

 

Et, le soir, en prime, le brame d'un cerf observé au fond de la vallée au coucher du soleil.

 

Aujourd'hui, nous explorons le versant sud de cette montagne de Lure : Sault, le plateau d'Albion, Revest-du-Bion, Banon, Mane et le prieuré de Salagon, Forcalquier.

lure.jpg

Par après, notre hôte nous a appris que nous avons longé la zone militaire où avaient été stockés des missiles stratégiques. Cette zone est aujourd'hui démilitarisée dans sa partie nucléaire mais l'activité militaire reste présente.Seul point positif dans cette occupation militaire, les routes sont démesurément larges et leur revêtement est impeccable.

 

C’est dans ce pays de la montagne de Lure souvent désertique que les héros nés de l’imaginaire littéraire de Jean Giono — Gédémus le rémouleur, Arsule, Panturle de « Regain » et bien d’autres — et ceux faits de chair et d’os ont semé de petits cailloux blancs.

Pour l’itinéraire, le choix est vaste. La carte fait déjà rêver qui égrène les hauts lieux du célèbre Manosquin : Revest-du-Bion, Banon, Redortiers, Saint-Pancrace, Ongles… Chaque vallon ouvre un accès sur cette montagne de Lure qui a inspiré les premiers livres de Giono, né à Manosque en 1895.

Une des plus belles façons d’inscrire ses pas dans ceux d’un auteur qui a donné à la Provence ses lettres de noblesse est de partir du bureau de tabac de Sault — là où Gédémus, le rémouleur de « Regain », faisait provision de tabac gris — pour s’engager dans l’ancien chemin menant à Saint-Trinit.

 

En poursuivant vers l’est, direction Revest-du-Bion et Redortiers, on se retrouve dans un autre des hauts lieux gioniens. Alors qu’il était encore un employé du Comptoir national d’escompte à Manosque, Jean Giono rend un jour visite à un client, dernière âme à vivre au Vieux-Redortiers. Cet homme deviendra le Bouscarle d’« Ennemonde et autres caractères ».

 

Ceux qui l’ont lu se souviendront que c’est à Banon que se tient le marché au blé de « Regain » et dans l’hôtel-restaurant Les Voyageurs, ils reconnaîtront le Café du cercle où la patache fait halte. Vous en doutez ? Alors, poussez la porte du Bleuet, une extraordinaire librairie de village. Sur trois niveaux, et des milliers de livres, Joël Gattefossé a mis Giono à l’honneur sur ses rayonnages.

 

 

En cours de route, ces vieilles maisons qui semblent revivre

 

IMG_11201-bis-cadre4.jpg

 

cette « borie »

 

IMG_11202-bis-cadre4.jpg

 

et cette mante religieuse à l'affût dans un fossé.

 

IMG_11206-rec-cadre4.jpg

 

En dépit de leur nom, "mauvaise cabane" en provençal, la construction des bories s´appuie sur une technique pourtant complexe et des plus difficile à reproduire.

Résultat d´un empilement de pierres sèches non jointées dont les murs peuvent atteindre jusqu´à 2 mètres d´épaisseur, cet ensemble architectural défie les lois de l´équilibre avec notamment ses toitures en encorbellement.

La construction ne s´improvisait pas, elle respectait des règles très précises pour éviter le phénomène du château de cartes : une seule pierre vacille et c´est tout l´ensemble qui s´écroule. Sans l´adjonction d´un quelconque matériau -ciment ou mortier- les forces devaient s´équilibrer parfaitement pour assurer la stabilité de l´ensemble.

Le choix des pierres était essentiel, absolument sèches elles étaient calibrées par taille les plus lourdes et les plus volumineuses servant aux fondations. Puis on élevait le mur par empilement d´éléments plus légers, assemblés entre eux selon un strict positionnement.

N´est pas bâtisseur qui veut, savoir-faire et coup d´œil infaillible étaient les qualités requises indispensables pour que l´empilement d´environ deux cent mille pierres sèches passe l´épreuve des siècles. Partout, l´esthétique se conjugue à l´exploit technique, comme en témoigne le cabanon ........

D´utilité agricole et pastorale, les paysans s´en servaient comme cabanes à outils et habitations provisoires. Les plus spacieux servaient de bergeries, ils abritaient bergers et troupeaux entre deux transhumances.





Salagon est un lieu rempli d'histoire, de l'Antiquité à nos jours. Exploitation agricole à l'époque gallo-romaine, le site a été christianisé dès l'antiquité tardive.

 

IMG_11213-bis-cadre4.jpg

 

vacances,paca,haute-provence,salagon,montagne de lure



Cet ancien prieuré bénédictin conserve son église romane à deux nefs. Un logis Renaissance, deux cours caladées, des dépendances à usage agricole (XVIème – XIXème siècle) complètent cet ensemble.

salagon3-cadre4.jpg

 

salagon4-cadre4.jpg



Des vitraux contemporains, œuvres de l'artiste Aurélie Nemours, sont venus parfaire l'église en 1998.

 

IMG_11232-bis-cadre4.jpg



 

De magnifiques jardins « ethnobotaniques » entourent le monument, mettant en évidence l'histoire des relations entre les hommes et leur environnement végétal en Haute-Provence.


IMG_11226-bis-cadre4.jpg

Le jardin médiéval fait découvrir l'histoire des plantes dans l'Occident d'avant la Renaissance.

 

Le jardin des temps modernes illustre le grand voyage des plantes.

 

Le jardin des simples et des plantes villageoises rassemble les plantes utilisées par la société traditionnelle haut-provençale.

 

Le jardin des senteurs permet de découvrir la subtilité du dialogue des sens avec les plantes.

salagon1-cadre4.jpg

 

Et, butinant les dernières fleurs de la saison, le Xylocope.

salagon2-cadre4.jpg

Il y a 4 espèces de Xylocopa en France :

X. iris (Christ 1791)
X. violacea (L. 1758)
X. valga Gerstaecker 1872
X. cantabrita Lepeletier 1841

 

Le plus courant est le Xylocope violet (Xylocopa violacea).

 

 

Et un joli lézard peu farouche.

 

vacances,paca,haute-provence,salagon,montagne de lure

 

Nous terminerons la journée avec un « Périer-menthe », au pied de l'église de Forcalquier.

 

salagon5-cadre4.jpg

 

Pour compléter :

 

 

http://www.dossierfamilial.com/loisirs/voyages/dans-les-pas-de-giono-la-montagne-de-lure,5812

 

 

 

http://www.capcomespace.net/dossiers/espace_europeen/albion/albion_aujourdhui_ZL.htm

 

 

http://rr0.org/org/eu/fr/dn/base/Albion/

 

 

http://musee-de-salagon.com/

 

http://www.frenchgardening.com/visitez.html?pid=12106842871475626

 

 

 

 

 

Commentaires

J'avais photographié le même insecte, en fin juillet, que j'avais baptisé "bourdon aux ailes bleues", car j'ignorais son nom. Je vais pouvoir lui donner son vrai nom à présent. Merci à vous pour toutes ces informations.

Très belles photos et belles visites à travers la France.

Écrit par : Dolorès | 23/10/2011

Les commentaires sont fermés.