Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

08/10/2011

Le temps des vacances (3)

Jeudi 15 septembre : au programme, visite d'Aix-en-Provence.

 

IMG_10760-rec-cadre4.jpg

Aix est une ville aux rues étroites et encombrées.

 

 

IMG_10761-bis-cadre4.jpg

 

Difficile de s'y parquer, surtout les jours de marché, et il y en a plusieurs ! C'est la raison qui nous avait conduit à éviter cette ville précédemment.

 

Aujourd'hui, des parkings de dissuasion ont été installés aux abords de la ville ; il vous en coûte 2 € et vous disposez d'un libre parcours sur le réseau de transports en commun pour chacun des occupants de la voiture.

 

 

Ce jeudi, c'est jour de marché. Une grande animation dans le cœur de la ville. A midi, tout se replie et la ville retrouve peu à peu son calme, livrée aux lances d’arrosage des ouvriers municipaux.

 

IMG_10758-bis-cadre4.jpg

Aix était la capitale de la Provence au XVème siècle : marchands prospères et notables firent de la ville La Florence provençale que l'on connaît aujourd'hui. Demeures bourgeoises, placettes fleuries, hôtels particuliers, fontaines anciennes, ruelles ombragées... toutes les images de la Provence noble des XVII et XVIIIèmes sont rassemblées à Aix.

 

 

Édifiée selon la légende sur un temple d’Apollon, la cathédrale Saint-Sauveur a évolué entre le Ve et le XVIIIe siècle. Cette variété architecturale se lit d’emblée sur sa façade : à droite, au sud, le portail roman du XIIe jouxte un mur romain, tandis qu’à gauche, au nord, le vaste portail gothique richement sculpté du XVe et du XVIe siècle est surmonté au nord d’un clocher érigé entre 1323 et 1425.

 

aix 20111-cadre4.jpg

 

IMG_10783-rec-cadre4.jpg


A l’intérieur, elle unit trois nefs de styles différents (roman, gothique et baroque) que flanque le baptistère, de forme octogonale qui s’appuie sur des éléments du Ve siècle. Sa cuve centrale rappelle l'ancienne pratique du baptême par immersion.

 

aix 20112-cadre4.jpg



En traversant le chœur, on pénètre dans le cloître. Édifié à la fin du XIIe siècle, il respire la tranquillité et l’élégance. De petites dimensions, couvert de galeries charpentées, la décoration abondante et variée des piliers s’inspire des registres animal, végétal ou fantastique et de symboles évangélistes.


Edifié à la fin du XIIe siècle, le cloître respire la tranquillité et l'élégance. De petite dimension, couvert de galeries charpentées, la décoration abondante et variée des piliers s'inspire des registres animal, végétal ou fantastique et de symboles évangélistes.

IMG_10799-rec-cadre4.jpg



Certains de ses éléments datent d'ailleurs de cette époque, à l'origine rectangulaire, il a été ramené à la forme carrée de 12 mètres de côté dans le courant du XVIIe siècle, pour, on le pense élargir la galerie Ouest.


Trois de ces galeries étaient couvertes d’une toiture ; celle du Nord était à ciel ouvert et à été couverte plus récemment.

Parmi les 8 arcades par côté, chaque pilier d'angle est décoré du symbole d'un évangéliste :


Angle Sud – Ouest : Mathieu, l'homme ailé.


Angle Nord – Ouest : Marc : le lion.

 

IMG_10787-rec-cadre4.jpg


Angle Nord – Est : Jean : l’aigle. (accompagné d'une très belle statue de St. Pierre tenant les clefs du Paradis.)

 

 

IMG_10795-rec-cadre4.jpg


Angle Sud – Est : Luc, le taureau.



Les chapiteaux de la galerie Ouest illustrent l’Ancien Testament.


Ceux de la galerie Nord, des épisodes de la vie du Christ.


Ceux de la galerie Est, le triomphe de Christianisme sur le paganisme.


La galerie Sud possède des chapiteaux ornés de feuillages.

 

IMG_10788-rec-cadre4.jpg

IMG_10789-rec-cadre4.jpg

 

IMG_10790-rec-cadre4.jpg

 

IMG_10791-rec-cadre4.jpg

 

 

IMG_10792-rec-cadre4.jpg

IMG_10793-rec-cadre4.jpg

IMG_10794-rec-cadre4.jpg

IMG_10797-rec-cadre4.jpg

 

IMG_10798-rec-cadre4.jpg

 

Les colonnes sont de forme et de matériaux différents, cela est dû aux divers réemplois.


On y trouve aussi un joyeux luron.

 

IMG_10796-rec-cadre4.jpg

 

"Le cloître de la cathédrale d'Aix date de l'extrême fin du XIIème siècle. Sa particularité est son extrême raffinement par rapport à ceux de Arles et de Saint-Gilles. Légèretés des colonnettes jumelles, certaines cannelées, torses ou rudentées, d'autres ornées d'imbrications ou de losanges ; un pilier d'angle est cantonné de quatre colonnettes qui se ploient comme pour s'agenouiller sous le poids des superstructures. Raffinement de la partie supérieure des galeries, tant du côté interne que de celui du préau : fines moulurations des arcs, ceux de la galerie Est portant aussi un décor de bâtons brisés, corniches moulurées ou bordées d'acanthes, médaillons avec des motifs végétaux ou des figures grotesques ou animales dans des écoinçons, présence des quatre animaux, symboles des évangélistes, dans les angles, qui fait du cloître tout entier une représentation de l'Apocalypse, le ciel du préau équivalent à la lumière qui est un caractère de Dieu. Sur une face de l'un des piliers d'angles est appliquée la figure de saint Pierre. Une statue-colonne représentant un personnage féminin (très détérioré) existe dans la galerie Est , seul cas en Provence. Les chapiteaux à motifs ornementaux sont d'une grande variété : acanthes, feuilles d'eau, feuillages stylisés terminés en boules..... qui se développent sur toute la hauteur de la corbeille."

 

 

 

Référence : Yves Esquieu, Art Roman en Provence, Ed, J-P. Gisserot, 2003

 

Il avait une porte donnant sur l’extérieur, signe qu'il était ouvert au public. C'est d'ailleurs pour lui que les sculptures existaient, elles servaient aux chanoines qui enseignaient l'Histoire Sainte.

Certains chapiteaux ont été restaurés par des compagnons car ils devenaient illisible.

 

 

Ancien beffroi de la ville et symbole du pouvoir communal, la tour de l'horloge enjambe la rue sur des bases romaines. Surélevée en 1510, elle abrite une horloge astronomique (1661) dont on peut toujours voir les quatre statues en bois. Symbolisant les saisons, elles défilent à tour de rôle.

 

IMG_10763-bis-cadre4.jpg

 

IMG_10770-bis-cadre4.jpg

Dans une région où l'eau est un bien précieux parce que rare, Aix a pu compter sur ses nombreuses sources. Il faudra néanmoins attendre la seconde moitié du XIXe siècle pour que l'eau coule en abondance dans les bassins des fontaines, grâce aux travaux du canal du Verdon et au barrage Zola.

Utilitaires au départ, simple bassin, puits ou abreuvoir, les fontaines ont trouvé leurs lettres de noblesse au XVIIe siècle en devenant un ornement du paysage urbain. Leur réalisation fut confiée à des spécialistes, fontainiers, hydrauliciens et à des artistes. Aujourd'hui une quarantaine de fontaines publiques témoignent des styles et des besoins d'une ville qui les a intégrées dans son art de vivre.



Construite en 1691 par Laurent Vallon, la fontaine des Neuf Canons remplace une fontaine-abreuvoir où venaient se désaltérer les troupeaux en transhumance avant la création du Cours Mirabeau. La végétation qui l'envahit peu à peu laisse difficilement reconnaître les sculptures.

IMG_10755-rec-cadre4.jpg



Un peu plus haut la fontaine d'Eau Chaude, dite Moussue à cause de l'épaisse mousse qui la recouvre, est celle d'où coule l'eau chaude en provenance de la source des Bagniers.

 

IMG_10756-rec-cadre4.jpg

La plus imposante est sans aucun doute la fontaine de la Rotonde, située au centre de la place dans laquelle aboutit le Cours Mirabeau ; elle se trouve placée au carrefour de diverses avenues. Alimentée par les eaux du Verdon, elle fut édifiée en 1860 sur les dessins de M de Tournadre, ingénieur des ponts et chaussées. Un vaste bassin circulaire de trente deux mètres de diamètre est décoré de lions, de cygnes et de dauphins chevauchés par des anges. Au centre un piédestal supporte une vasque de fonte sur laquelle on reconnait les statues de la Justice (sculptée par Ramus) tournée vers le Cours Mirabeau, du Commerce et de l'Agriculture (sculptée par Chabaud) tournée vers la route de Marseille, et des Arts (sculptée par Ferrat) tournée vers la route d'Avignon. La hauteur totale de l'édifice est d'environ 12 mètres.

 

IMG_10753-rec-cadre4.jpg

 

L’hôtel Estienne de Saint-Jean, hôtel particulier du XVIIe siècle, est devenu en 1932 le musée d’histoire de la Ville. Les collections constituées à partir de dons effectués par la fondatrice du musée, Marie d’Estienne de Saint-Jean, évoquent, dans le cadre d’une belle demeure aristocratique aixoise, l’histoire et les traditions d’Aix.

 

 

IMG_10772-rec-cadre4.jpg

 

Mobilier, faïences, santons, objets de compagnonnage sont à découvrir, mais aussi les personnages (marionnettes) attachants et hauts en couleur de la crèche parlante, derniers témoins d’un spectacle populaire remontant au XIXe siècle.

 

aix 2011-cadre4.jpg

Ces crèches quasi profanes, dont le but était de monter des spectacles animés hors des églises s'adressant à tout public, se sont rapidement développées, au détriment de celles statiques des églises.

 

Le paravent de la Fête-Dieu évoque lui, une très ancienne fête longtemps célébrée avec éclat à Aix.

 

vacances,paca,aix-en-provence

 

vacances,paca,aix-en-provence

Une autre curiosité : la salle des états de Provence, au premier étage de l'hôtel de ville.

 

aix 20113-cadre4.jpg

Le 22 août 1792, la salle du Conseil, à l'hôtel de ville d'Aix, est saccagée par « une horde de brigands étrangers à la ville d'Aix et même à celle de Marseille d'où ils étaient venus. » Quantité de tableaux inestimables sont arrachés de leur cadre et brûlés sur la place de l'Hôtel-de-Ville. C'est pour cette raison que l'on demande à Joseph Villevieille, un peu plus d'un siècle plus tard, de réaliser des copies de ces œuvres pour leur permettre de rejoindre la salle des États de Provence et ainsi retrouver une certaine vie. Parmi ces tableaux qu'il réalise, on trouve la Fondation d'Aix par Sextius Calvinus, réalisée en 1900.

 

 

Pour compléter :

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Saint-Sauveur_d%27Aix-en-Provence

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Clo%C3%AEtre_Saint-Sauveur_%28Aix-en-Provence%29

 

http://www.cathedrale-aix.net/Cathedrale-vivante/Le-cloitre

 

http://www.pigmentsetlumieres.com/album-1875689.html

 

 

http://vogage-roman-art.blogspot.com/2011/01/cathedrale-daix-en-provence-4.html

 

 

 

Une référence:

 

M.M. Davy : Initiation à la symbolique romane (XIIe siècle)

Flammarion 1977, ISBN 2-08-081019-7

 

 

 

Les commentaires sont fermés.