Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/05/2011

Bordeaux, escapade au soleil (2)

 

Mardi 3 mai, escapade extra-muros.

 

Le cœur de la cité médiévale de Saint-Emilion abrite plusieurs édifices religieux, témoins de l’influence de l’église au fil des siècles.

 

Bordeaux-22-cadre4.jpg

 

L'église collégiale du XIIème et XVIème siècles, possède une nef romane et un chœur gothique. 

Elle mesure 79 mètres de long. De magnifiques vitraux, des peintures murales, des sculptures en bois et en pierre décorent l’intérieur et l’extérieur de l’édifice. 

Son clocher est l’un des plus hauts de Gironde avec 53 mètres de haut. Ses cloches datent du XVIème siècle.

 

Bordeaux-24-cadre4.jpg

Bordeaux-23-cadre4.jpg

Le cloître, adossé au sud de l'église, forme un carré de trente mètres de côté dont les galeries sont couvertes d’une charpente de bois. Elles sont soutenues par des arcades en arc brisé elles-mêmes soutenues par des colonnes géminées, dont la plupart ont été restaurées.

 

Une rencontre surprenante : ces deux soldats d'argile originaires de Chine et déposés là par un collectionneur. Et aussi d'étrange sculptures colorées.

 


Bordeaux-25-cadre4.jpg

 

L’église monolithe de Saint-Émilion est une église du XIe siècle entièrement creusée dans la roche.

 

A l'origine, elle était une simple grotte où le moine bénédictin Emilion avait installé son ermitage au VIIIème siècle... il y vécut 17 ans... bientôt rejoint par d'autres moines... 

Commence alors la réalisation de cette oeuvre colossale : le creusement de l'église... Unique en Europe par ses dimensions, l'église impressionne : qui, depuis la place du marché, pénètre à l'intérieur est loin de se douter de la grandeur de l'édifice, de l'espace dégagé sous la roche ! 20 mètres de haut sous lesquels s'ordonnent une nef et ses deux collatéraux, séparés en 6 travées, le tout soutenu par d'impressionnants piliers quadrangulaires à la décoration minimaliste... 

Superbement voûtée, l'église est éclairée par de petites fenêtres à l'ouest et par de plus larges baies de la fin du Moyen Age à l'est, côté place. 

On estime à 15.000 m3 de roche extraits de l'église, un ouvrage titanesque qui aura duré près de 3 siècles... On présume qu'avant d'être dédié au culte, le lieu fut avant tout utilisé comme carrière de pierres pour la construction, entre autres, de l'église collégiale, ce qui expliquerait les ouvertures tardives et le style du portail, avec une représentation de la Résurrection des morts et du Jugement dernier,daté du XIVème siècle.

 

Bordeaux-28-cadre4.jpg



En vente à la Révolution, personne n'en voulut, ses parois furent cependant grattées pour récupérer le salpêtre faisant disparaître l'essentiel des peintures murales...

 

Bordeaux-26-cadre4.jpg


Le clocher de l'église monolithe fait office de campanile dominant la ville et le vignoble. Il a été construit au XIIème, rehaussé au XIIIème et XVème siècles, renforcé au XVIIème, placé juste au dessus de l'église sur la place des créneaux est au fil du temps devenu trop lourd pour la voûte de l'église qu'il fallut renforcer. Quatre piliers ont été ceinturés de corsets d'acier.

 

Bordeaux-27-cadre4.jpg

 

Quant aux « catacombes », elles constituent la partie la plus ancienne du complexe troglodyte.. Il est très difficile de dater les monuments souterrains pour la bonne raison que chaque nouvel aménagement détruit irrémédiablement l'état antérieur (on creuse au lieu de construire par-dessus). Il n'est donc pas possible de dire à quel moment les catacombes ont commencé à servir de cimetière, ni si le monument a été creusé en une seule fois. La coupole sous laquelle on se trouve en entrant est à la base un puits qui s'ouvrait sur la place et dont les parois abritent une galerie-escalier circulaire. La tradition a fait de cette ouverture celle d'un charnier, alors qu'il s'agissait d'une chapelle funéraire. Un bas-relief représente une scène de la Résurrection des morts : trois personnages, les bras étendus pour que leurs mains se touchent, sortent de leur cercueil et semblent attirés vers la lumière.

 

Non loin de l'église monolithe, la Chapelle de la Trinité, est une petite église bénédictine du XIIIème siècle construite au dessus de la grotte de l'ermite. Elle est remarquable pour son abside gothique à pans. Transformée en tonnellerie après la Révolution, ses parois furent en partie recouverte de suie, ce qui eut l'avantage de protéger les peintures murales... romanes !

 

Bordeaux-21-cadre4.jpg

Les Cordeliers prirent pied à l'intérieur de l'enceinte de la ville au plus tard en 1384. Du couvent proprement dit subsistent les ruines romantiques de la galerie du cloître, des bâtiments conventuels et de la chapelle.

 

L'imposante enceinte médiévale (1500 m) de Saint-Emilion remonte au XIIIème siècle.

Bordeaux-29-cadre4.jpg





 

Bordeaux-210-cadre4.jpg

La tour dite du Roy domine la ville basse. Ce donjon-citadelle a été édifié en 1237 sur ordre d'Henri III, roi d'Angleterre et duc d'Aquitaine. Il s'agit du seul donjon de style roman en Gironde encore visible. Il s'élève sur deux étages au-dessus d'une cavité souterraine qui permet d'y accéder et de surplomber la cité médiévale.

 

La visite se termine en honorant Bacchus au Château Laniote (Grand cru classé) et en appréciant le chaleureux et magique accueil de son propriétaire, Arnaud de la filolie.

 

Bordeaux-2-cadre4.jpg

 

Pour compléter :

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_monolithe_de_Saint-%C3%89milion

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_coll%C3%A9giale_de_Saint-%C3%89milion

 

http://www.360cities.net/image/st-emilion-chapelle-eglise-collegiale#306.60,0.00,70.0

 

 

Panorama

 

panorama

Les commentaires sont fermés.